Art-Of-Fantasia

Oseras-tu participer au tout nouvel événement d'Art Of Fantasia et graver ton nom dans l'histoire du forum ? Rejoindrez-vous le côté démoniaque ou allez vous plutôt choisir le côté céleste ?
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Quête Solo] Je veux décèder !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akari
Admin
avatar

Messages : 141

MessageSujet: [Quête Solo] Je veux décèder !   Dim 16 Jan - 1:22

Je veux décéder

"Je tremble toujours de n'avoir écrit qu'un soupir, quand je crois avoir noté une vérité."

Introduction

    Je ne suis ni un homme ni un animal, je suis entre les deux, sans avoir rien fait pour cela. Je suis rejeté par les hommes et ne trouvent pas ma vrai place chez les animaux, je suis voué à la solitude. Je ne vis pas, je m'efforce de survivre à cette solitude. Le temps n'a pas d'emprise sur mon être. Je suis tel une pierre, lassé d'être au même endroit tout le temps, il est temps de me fondé un avenir. Peu importe une vie éternelle quand on n'en profite pas. Une vie mortelle est si courte que chaque moment est savourer mais quand on sait que notre vie peu durée éternellement comment peu-t-on l'apprécier ? A défaut de rendre tout le monde comme moi pour être moins seul j'aimerais améliorer l'humanité, changer la mentalité mais surtout leur rendre cette liberté perdue depuis longtemps.

    Pour cela je suis devenu Le Docteur, un homme au services des problèmes des gens. J'ai rapidement compris que cette chose ne n'était pas utile car les gens venaient pour des broutilles. J'ai alors décidé de changer le physique humain car après de longue analyse on peut remarquer que un homme de taille et poids moyen comparé à un homme obèse parait plus "rayonnant" car il se sent mieux dans son corps. C'est pourquoi si on change le corps peu être que l'esprit suivra. Malheureusement les cobayes manquent et je ne peux pas en trouver si facilement car je dois me nourrir avant tout, alors je dois me résoudre à tenter certaine expériences sur moi mais je ne peux en dire plus.


Arrivée à Theramore

    Je suis comme vous avez pu le constater, un passionné de science. Cela m'a souvent aidé, j'ai d'ailleurs pu rencontrer d'éminent scientifique pour parfaire mes connaissances mais il me reste encore beaucoup à apprendre. C'est pourquoi je me suis dirigé vers Theramore pour rencontrer le Docteur Brask, un célèbre scientifique s'étant spécialisé dans la fabrication de sérum. C'est avec une excitation certaine que je m'étais lancé à sa recherche cherchant le moindre indice qui pouvait me rapprocher de lui. Je n'arrivais à rien et pour noyer mon désespoir je n'avais trouvé d'autre remède qu'une bonne pinte de bière près du feu dans l'auberge de mon village. Les ivrognes allaient et venaient, cet auberge était réputée comme la meilleure de la région mais je n'en connaissait même pas le nom. Je savais juste qu'elle se situait vers le centre de la ville. Comme à son habitude le barman jugeait les gens à leur apparence je vous laisse imaginer sa réaction en me voyant il semblait plus choqué avec moi que avec la moitié de la taverne, je pourrais dire que j'ai l'habitude mais l'alcool m'ayant mis dans un état second je ne contrôlais ni mes actions ni mes dire et je pense que deux trois insultes sont partis mais il m'a tout de même servi une bière. Après un petit moment assis à regarder les gens défiler devant moi je me suis décidé à sortir de ce bar qui me semblait de plus en plus bizarre au fil des boissons ingurgités.

    En partant je jetais un coup d'œil autour de moi quand j'aperçus un jeune garçon il se vantait de changer l'eau en vin. Je l'observais de loin ne voulant pas me faire remarquer plus. Le jeune homme pris une coupe quelconque qu'il rempli d'eau il prononça une formule surement inutile car je savais très bien qu'il allait surement tenter une réaction chimique pour le changer. Il injecta entre ses formules deux gouttes d'une potion de sa création paraissait-il. Ensuite il couvrit le verre avec un drap et puis attendit. On remarqua le drap un peu bouger mais rien de bien suspect puis il fit gouter tour à tour au gens autour qui était stupéfait de se tour. Je me suis alors avancer et j'ai demander de refaire le tour. Comme je m'y attendais il me répondit que c'était un tour unique. Je soulevai alors la coupe elle me semblait fort lourde je remarquai alors un petit bouton de fer. En appuyant dessus un petit trou s'ouvrait pour vider l'eau dans un réservoir et en ré appuyant du vin prenait place. J'ai alors demandé son nom car il fallait être ingénieux pour savoir faire des choses pareils il me répondit un nom incompréhensible mais ajouta qu'il était l'assistant du Docteur Brask. Comment lui pouvait-il être son assistant ? Je me suis alors rapprocher et j'ai commencé à dialoguer avec lui mais il semblait tenace mais une dizaine de verre de vin eurent raison de lui et il m'indiqua la demeure de son maitre. J'appris aussi que sa mission était de trouver un autre apprenti, saisissant mon aubaine je me présentais à lui en tant que scientifique, le démon de l'alcool le convainc de me faire confiance et je ressorti de la taverne avec lui sous le bras m'indiquant son bateau pour partir vers Le docteur Brask.

    Quand le bateau quitta le port je sentis une fumée étrange emplir mes narines, je levais les yeux au ciel et je remarquais que elle sortait d'une maison pourtant personne ne réagissait, je me suis lancé vers la cheminée en emportant avec moi un seau rempli d'eau que je venais de prendre dans l'immense mer se trouvant prêt de du village.

    Au Feu, Au feu !!!

    J'approchais de la base de la cheminée quand je vis le jeune homme abaissé avec une pelle à la main, il faisait brûler du charbon qu'il avait enduit avec une substance spéciale. Je posais mon seau à terre et lui demandais ce que il faisait Il me répondit vaguement et je n'avais rien compris à sa réponse mais il valait mieux ne pas paraitre stupide au yeux de l'acolyte du Docteur Brask. La mer était agitée, le bateau fendait les vagues et avançait à vive allure en direction de Theramore, une île devenue célèbre grâce au Docteur Brask et ses fabuleux sérums guérisseurs. Mais il y avait une autre réputation qui le précédait malgré lui, il était connu comme étant un homme solitaire n'aidant pas son prochain, mais les habitants ne se rendent pas compte que leurs demande incessantes ne font que le surmener et qu'il ne peut s'occuper de tous, d'ailleurs je ne comprends pas pourquoi il veut toujours rester sur cette île qui est devenue un supplice pour lui car il ne peut même plus dormir avec les gens qui campent autour de sa maison pour avoir, un sérum laxatif, énergique etc.

    Retour sur le bateau, même si il semblait posséder un moteur, le bateau possédait quand même des voiles en cas de panne. Elles étaient bombée et permettait de gagner quelque kilomètres par heures. Le bateau ne possédait pas de chambre séparée et je devais dormir dans un divan installé dans la chambre de l'acolyte. La terre de Theramore se profilait à l'horizon. Les maisons commençaient à grossir à vue d'œil.



Rencontre avec un collègue

    Je descendis en hâte du navire car l'impatience de rencontrer un spécialiste dans son domaine me rongeait. La passerelle ne bougea pas d'un poil sous mon poids plume, le quai était sale et il faisait un temps de chien. Un vieil homme avec une lanterne s'avançait pour venir nous parler. Derrière son capuchon noire il marmonnait des paroles incompréhensibles mais étrangement l'acolyte répondit, surement un de ses dialectes que seul les indigènes arrivent à comprendre et maitriser. Il parlait entre eux comme deux pipelettes. Finalement cette conversation ne fut pas veine car mon nouveau compagnon venait de négocier la taxe d'amarrage. Le vieil homme s'en retournait dans sa demeure quand il glissa sur une flaque d'eau. Son nez toucha le sol en premier et on entendit une complainte venir du vieil homme, son nez était ensanglanté et il le couvrait de ses deux mains. A la vue du sang mon esprit s'embrouilla cela faisait deux jours que je n'avais pas mordu quelqu'un est voir du sang couler abondament me rendait dingue. La frénésie me prit, j'arrivais près du vieil homme près à l'aider mais au lieu de cela je le mordis dans le cou, le vidant de son sang. Ses souvenirs vinrent à moi, une vie paisible à garder le port depuis son plus jeune âge. Aucun remord, aucune peine pour tuer un vieillard, mais ce n'était pas suffisant. Il m'en faut plus, beaucoup plus mes yeux pétillants de rouge se fixèrent alors sur l'acolyte du Docteur Brask qui était horrifié par ce spectacle. Il commença à hurler mais en vain, le vacarme infernal de la pluie couvrait le son de sa voix. J'avançais doucement vers lui un sourire au lèvre. Arrivant en face de lui une sorte de rire démoniaque sortit du fond de mon être. Il se recroquevilla de peur laissant sa nuque apparente, je n'eus alors aucun mal à le mordre et le vider entièrement de tout son sang. Ses souvenirs vinrent alors remplacer ceux du vieillard. Je savais maintenant plus de chose sur le Docteur Brask et l'emplacement de sa maison. Heureusement comme il n'y avait plus rien à tuer je me calmais et redevint normal, mais je sentais malgré moi que le sang m'attirait de plus en plus, plus j'en mangeais mieux j'étais. Mais quel prix allais-je payer pour cela ?

    Une affiche m'indiqua que je me trouvais près du village nommé Theramore. C'était une ville peu prospère, malgré cela les gens restaient pour avoir leur "drogue" quotidienne de médicament, de sérum. Cinq kilomètres me séparait de la ville à pied je ne mis que 30 minutes avant d'arriver. Le manoir du Docteur Brask était immense mais semblait fort sombre ce qui ne me déplut pas. A côté de l'immense porte se trouvait un petit dispositif permettant de faire retentir une cloche mais quand je l'actionnais aucun bruit ne retentis de l'autre côté. La cloche ayant surement été retiré je rentrais après avoir toqué pendant une dizaine de minutes à attendre. Nul lampe n'éclairait l'intérieur de la maison, la seule lumière semblait provenir d'une pièce située vers le fond de la maison, surement la pièce où le Docteur Brask se cachait pour travailler.

    Je m'approchais de lui doucement, le parquet grinça sous mon passage et le docteur se retourna, la lumière qui reluisait dans ses lunettes lui donnait un air de psychopathe mais en voyant son corps frêle la peur était vite partie. Il me jaugea du regard puis appuya sur un bouton et une sorte de mur en fer sortit du sol pour m'empêcher de le voir ou de l'atteindre. Il ne daigna même pas me parler. Je n'avais que quelque seconde avant de réagir et je me lançais donc vers l'intérieur de la pièce. Il se retourna et pointa un révolver vers moi.

    Sortez de ma maison ! Je n'ai plus rien ! Laissez moi tranquille !!!!!

    Je viens vous annoncez la mort de votre apprenti, je suis désolé.

    Je n'étais bien sur pas désolé de la mort de son apprenti, il était pour moi un simple repas mais ce détail pouvait me bloquer à jamais dans ma quête et je ne pourrais donc pas approcher le Docteur Brask.

    Mon apprenti ? Mort je ne comprend pas.
    *Si seulement il avait créer un chaman, il aurait pu utiliser la réincarnation.*


    Pardon ?

    Quoi ? Je suis pas sur World Of Warcraft ??? Oups, fichue vie irl déglinguée.

    De quoi parlait-il je n'en avais aucune idée et pas l'envie de savoir. Devant moi se trouvait un viel homme si maigre que on pouvait savoir son nombre de côtes en le voyant. Cet homme avec les cheveux noirs en batailles, des cheveux gras bourrés de pellicules surement dues aux longues journées et nuit de travail enchainées sans se laver.

    Je sais que vous pleurez la perte de votre élève, mais je suis ici pour vous proposer mon aide, je ne suis qu'un modeste scientifique sans grande renommée mais je veux apprendre et vous me semblez le meilleur maitre. Je sais que mon accoutrement ne vous pousse pas vraiment à accepter mais sachez que je n'ai nul mauvaises intentions, mon seul défaut serai ma curiosité scientifique qui me pousse à tenter d'élucider tous les mystères de ce monde.

    Candidature acceptée, vous serez surement meilleur que mon ancien apprenti que je ne pleure pas tant que sa, à trainez dans les bars il était clair que les ennuis allaient arrivé, je suis curieux de savoir sa mort.

    Euh, il est mort tué par un homme complètement bourré, je me suis approché de lui pour le soigner pendant qu'il agonisait mais je ne pus le sauver, avant de mourir il m'indiqua votre maison, surement avait-il su que j'étais scientifique et que je cherchais un excellent professeur.

    Je ne sais quoi vous montrer en premier, rester derrière moi et observez.

    Après plusieurs heures passées près de lui, quand je commençais à vraiment comprendre les mécanismes et les règles fondamentales qui régissaient cet sciences ont pu entendre des bruits venant de dehors. Une foule monstrueuse de villageois se trouvaient devant le manoir brandissant fourche et torche.


Le décès

    Que voulais ces villageois je n'en avais pas la moindre idée mais le Docteur Brask semblait inquiété. Sa lèvre inférieure remuait frénétiquement quand un son allait enfin sortir il se ravisa. Il me jaugea et dit simplement :

    Je ne suppporte plus cette vie, tous ces gens que je ne peux pas aider, je les ai condamnés à être dépendant de moi, je ne peux continuer à vivre en sachant que je fais du mal, c'est pourquoi je pars, je sais je peux paraitre fou mais croyez moi j'y ai réfléchi et ma décision est sans appel maintenant, à vous de voir ce que vous voulez faire.

    Je vous suis, après tout je vous dois bien quelque chose pour l'hébergement et mon apprentissage.

    Le Docteur ouvrit alors la porte qui donnait vers le hall d'entrée, on entendait les gens qui se pressaient et qui tapaient à l'énorme porte. Le Docteur s'avança brandissant une fiole orange à la main. Il sortit de la maison et hurla de toutes ses forces au gens de partir, peu réagirent c'est là que la potion intervint, le Docteur la lança et une fumée de la même couleur apparut. Peu de temps après une explosion se fit retentir, le Docteur savait que les habitants connaissaient cette potion et que aucun mort ne sera a pleurer. Malheureusement une jeune fille ne savait cela et on entendit des lamentations dehors une femme pleurait la mort de sa fille. Quand je m'approchais j'aperçus du sang sur le sol et ma vue se brouilla, tout devint rouge je n'entendais plus les pleures mais des hurlements, j'étais pris d'une rage et d'une faim sans fin. Je tuais les gens se trouvant sur mon chemin, un vieillard s'approcha de moi, il était apparemment aveugle, sa chair devait être dégoutante, je le tua mais sans vider son sang car j'aurais surement attraper une maladie. La ville regorgeait d'ivrogne et leur seul vue me donnait une raison de les tuer. Bientôt toute la ville était au courant du début de mon massacre, ce que le docteur faisait pendant ce temps je n'en avais aucune idée et je n'avais pas l'intention de le savoir. Les villageois c'étaient rassemblés en masse devant l'hôtel de ville, ils transportaient les mêmes fourches mais pas pour les mêmes raisons, tous voulaient mettre fin à mes jours. Peu importe leurs avis, seul importait ma survie, celle de ma race, de mon espèce. Peu importe les autres, je devais les tuer, tous autant qu'ils sont. Ils devaient être une vingtaine de courageux villageois voulant en découdre avec moi. D'un pas léger je m'avançais vers arrivé à 10 mètres je voyais leurs veines palpitées, après un pas de plus cinq d'entre eux s'enfuir en courant. Je me sentis d'un seul coup plus puissant que jamais, les voir fuir comme de vulgaire jouet, ils s'enfuyaient vainement, car je les sentais et je les retrouverais, le maigre groupe devant moi avança d'un pas ferme il voulait me tuer, me faire payer mes crimes mais ils ignoraient la force intérieure qui m'abritait. D'un seul coup je compris mon erreur, un prêtre se trouvait parmi eux, tout vêtu de blanc, il portait une croix représentant le christ, rien que à sa vue je me sentis affaibli mais une force en moi m'empêchait de fuir, d'un coup je vis les gens de plus en plus grand et leur mines tantôt graves avait pris un teint attendri, en regardant mes mains je me rendis compte que j'avais rétréci, un homme s'approchant de moi me dit gentil garçon, je compris alors que j'étais transformé en jeune garçon. Le prêtre semblait ravi de ce changement et un sourire pervers lui apparu au coin des lèvres. Il rangea son crucifix et là je compris que c'était le moment d'attaquer, il me restait toujours des couteaux dans la veste qui était trop grande pour moi, en un rien de temps la lame de mon couteau transperça sa chair rose. Les hommes horrifiés me virent reprendre ma forme normale sous leurs yeux apeurés. Il ressentait la peur grandirent en eux, d'un bond je saisis la fourche de l'un d'eux pour venir le transpercer, ils étaient encore tous sous le choc et je pris cet réaction à mon avantage les tuant un à un. Leur ôter la vie était si simple que je n'y prenais aucun plaisir. Toute la ville était bientôt sous les flammes et il connurent mon courroux, longtemps ma race fut persécutée, il ne fallut pas moins de 3 heures pour les traquer et les tuer tous, la modeste ville de theramore venait de perdre plus de 100 de ses habitants dans une mort atroce, dès que je croisais quelqu'un la rage de mes ancêtres me pris et je les vidais de leur sang, je me sentais puissant, très puissant, jamais je ne fut aussi rassasié la soif en moi avait été étanchée mais il restait toujours mon désir de vengeance. Je rassemblais donc tous les cadavres dans l'avenue principale, pour signer mon méfait je plaçais un jeune chérubin empaler sur une lance au milieu de l'amas de corps inerte. J'enduis les corps d'huile puis je m'en retourna vers le manoir après avoir soigneusement allumer le brasier et vérifier que il n'y avait aucun survivant dans les parages. En revenant au manoir je vis le docteur étendu au sol avec une fiole dans sa main, dans l'autre il tenait une lettre.

    Citation :
    J'ai besoin de vous qui que vous soyez, si vous lisez cette lettre vous êtes mon dernier recours, depuis trop longtemps les villageois me harcèlent et me rendent triste de jour en jour s'en est assez, je viens de boire cette potion de mort, elle provoquera un faux décès pendant une période de plus ou moins 12 heures, pendant cet période raconté au village ma mort et dites leurs que mon dernier souhait était d'être enterré près de ma mère vivant loin d'ici ( Inventez un lieu, soyez créatif ), ensuite retournez ici, préparez mon bateau et emmenez avec vous mon matériel, quand je me réveillerais je vous donnerais votre récompense.

    Le Docteur Brask,


    Il avait donc réellement un plan, la partie dans laquelle il fallait avertir les villageois était compromise mais cela il ne pouvait le savoir, je me lançais donc dans la tâche fastidieuse qu'était le rassemblement de tout son matériel formule et ingrédient. Après une heure de dure labeur tout était près, le bateau et les instruments, je déposais donc le docteur sur le lit du bateau, le bateau était retenu par de nombreuse cordes les défèrent une à une me pris dix minutes, quand je remontais sur le bateau je remarquais que le docteur avait légèrement bougé.

    Après dix minutes de navigation, quand je revins vérifié où il était j'aperçus sa couche vide. Où était-il je n'en avais pas la moindre idée mais il n'était plus dans son lit. Quand je me retournais je l'aperçu brandissant un poignard.

    Il ne doit pas y avoir de témoin !

    Il fonça sur moi, j'eus à peine le temps de sortir mon couteau qu'il s'apprêtait à me frapper, j'eus juste le temps de caler son coup grâce à mon couteau mais l'impact fut assez puissant, comment un homme si frêle pouvait-il être doté d'une si grande puissance, je n'en avais pas la moindre idée mais il me fallait le vaincre. J'élaborais plus d'un plan mais au fur et à mesure du combat le Docteur Braks les déjouait un à un, son intelligence lui permettait de prévoir les coups mais il y avait quelque chose qu'il ignorait. Un corps à corps s'engagea, il me dominait mais ce n'était pas l'importance, il était si proche que je voyais sa lame reluire, je lui dévoilai alors mes crocs, pris de stupeur il recula et je profitais de ce moment pour frapper sa poitrine, il s'écroula sur le coup. Après ce combat expédié en tout hâte je rassemblai mes affaires et décidai de partir de l'île au plus vite en emportant avec moi tout ce qui me passai par la main. Me voila à présent seul, naviguant sur un bateau d'un mort avec une cargaison au propriété inconnue.


Terminée

_________________

“Un jour, le Schtroumpf farceur m'a offert un cadeau. C'est devenu le Schtroumpf paraplégique.”
Ton sang doit être bon Invité, tu me laisses y gouter ?^
Allez juste un peu ...

Revenir en haut Aller en bas
 
[Quête Solo] Je veux décèder !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» j' ai déjà la rolex, je veux le gronavionkivanavex
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Tu veux ma photo ? ( Pv : Junior )
» Veux tu de moi ? [Crystal Noir & Pépite d'Or]
» présentation Bob Solo [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Art-Of-Fantasia :: Monde d'Art of Fantasia :: Les Zones de Campagnes :: Les Villages-
Sauter vers: